PÉTITION

Mineur·es isolé·es à Paris : en finir avec la rue.

Jour 75 – Place de la Bastille

POURQUOI

2472 ont signé sur un nouvel objectif de 3 000 signatures.

À l’attention de : Anne Hidalgo, Maire de Paris ; Dominique Versini, Maire Adjointe de Paris chargée droits de l’enfant & protection de l’enfance ;  Charlotte Caubel, secrétaire d’État pour la protection de l’enfance.

Nous sommes Mamadou, Majid, Bakary, et d’autres camarades qui ont fui leur pays pour tenter de trouver refuge et grandir ici, en France.

Ici, nous vivons à la rue.

Nous avons 15, 16 ou 17 ans, mais les autorités ne nous ont pas cru.es, ou n’ont pas voulu nous croire, et déclaré.es comme majeur.es.

Aujourd’hui, nous avons intenté un recours auprès du juge des enfants pour que notre minorité soit enfin reconnue et faire valoir nos droits. Ceux de pouvoir grandir dans un environnement sain, d’être soigné et évidemment d’étudier.

En attendant, nous sommes à la rue depuis des semaines, des mois et nous survivons dans des parcs, sous des ponts, dans des gares. Régulièrement la police vient nous chasser, nous réveiller, nous sommes fatigué.es de nous cacher.

Nous voulons être vus et considérés !

Si ici nous ne sommes que des garçons, beaucoup de filles se retrouvent dans la même situation. Partout en France chaque année, ce sont des milliers de jeunes qui se retrouvent dans cette situation.

Accompagnés d’Utopia 56, une association de mobilisation citoyenne qui vient en aide aux personnes exilées et en détresse, nous sommes installés depuis le 28 mai 2022 sur la Place de la Bastille à Paris. Nous souhaitons rester sur place tant qu’aucune solution ne sera trouvée.

Face à la réalité que vivent ces jeunes au quotidien, nous demandons aux responsables institutionnel.les actuel.les :

  • À Paris, un engagement immédiat sur la création de structures d’accueil et d’accompagnement adaptées à la situation des jeunes présents place de la Bastille et sur les différents campements d’Ile-de-France.
  • La reconnaissance et le respect de la présomption de minorité, de l’intérêt supérieur de l’enfant et du droit au recours effectif, la prise en charge des MNA par la protection de l’enfance devant être maintenue le temps qu’une décision judiciaire définitive intervienne ;
  • Le respect du droit des mineur-e-s à bénéficier d’une prise en charge globale et adaptée leur permettant d’accéder à l’ensemble de leurs droits fondamentaux (accompagnement socio-éducatif, financier, juridique, accès à la scolarité, aux soins de santé physique et mentale) ;

Ressources :

21 mai – Tribune de 52 associations et collectifs : Mineures et mineurs en danger à la rue, il est urgent de les protéger !

28 mai – Communiqué Utopia 56 : Campement place de la Bastille : fin de la rue et présomption de minorité pour tou·tes les jeunes non accompagné·es !

2 juin – Communiqué Utopia 56 : Manifestation #Mineursàlarue : Didier Lallement et Gérald Darmanin s’attaquent aux libertés fondamentales, sans succès.

JE SIGNE ✍️

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, cliquez ici.

Je partage la pétition

Financer nos maisons

Donnez 10 € par mois,
soit 2,50 € grâce à une réduction d’impôt de 75%

Utopia 56, c’est aussi 5 maisons d’accueil permettant de faire sortir plus de 150 jeunes de la rue par an.

FINANCER NOS MAISONS – 10€/mois